7è édition de la conférence internationale sur les Guichets Uniques à Yaoundé, 17 – 19 septembre 2019

L’Alliance Africaine pour le Commerce Électronique (A.A.C.E) a organisé en partenariat avec GUCE Cameroun, la 7è édition de la Conférence Internationale sur les Guichets Uniques, sous le thème « « Libérer le potentiel du commerce électronique et optimiser la chaîne logistique internationale des pays sans littoral » ».

La conférence a enregistré environ plus de 300 participants dont une centaine d’internationaux venant de 20 pays différents. Les organisations suivantes ont été également représentées : l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD),  l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), les Commissions Économiques des Nations Unies pour l’Afrique, l’Amérique Latine, la Commission de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), la Banque Africaine de Développement (BAD), le Centre des Nations Unions Unies pour la Facilitation du Commerce (UNCEFACT), l’Organisation Maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (OMAOC), ect…. Les conclusions, listées ci-après, ont été ainsi résumées.

  • Mettre en œuvre et optimiser les Guichets Uniques nationaux et les fédérer autour d’une plateforme régionale en vue de la fluidification des échanges intra africains ;
  • Elaborer des accords régionaux, et/ou renforcer la coopération, et le soutien des chaînes d’approvisionnement du commerce, notamment par le développement de systèmes informatiques interopérables et des systèmes d’opérateurs économiques agréés, y compris la reconnaissance mutuelle ;
  • Développer le système régional de suivi électronique du fret à travers une collaboration étroite des organismes de gestion de fret : BGFT, BARC, BNFT pour le cas de la CEMAC ;
  • Mettre en œuvre des mécanismes de pilotage et de suivi des recommandations formulées par les instances nationales et régionales ;
  • Encourager les administrations des douanes à mettre au point des scellés électroniques régionaux à utiliser pour les opérations de transit dans la région, car le remplacement du scellé électronique par un autre scellé à la frontière pourrait entraîner des retards ;
  • Développer et moderniser les infrastructures matérielles (portuaires et aéroportuaires routières, ferroviaires et moyens de transport) et immatérielles (infrastructures TIC et services) ;
  • Accélérer l’appropriation du Formulaire Unique des opérations du Commerce Extérieur pour les pays sans littoral de la zone CEMAC ;
  • Mettre un accent sur la maturation des projets de facilitation du commerce électronique et de mise en place des GU en s’assurant de l’adéquation entre les objectifs de facilitation recherchés et les résultats attendus ;
  • Engager les services publics dans des contrats de performance sur les délais de traitement et de délivrance des documents administratifs relatifs au commerce ;
  • Développer les compétences techniques et technologiques locales afin de maîtriser la mise en œuvre des systèmes d’information et le commerce des services électroniques en vue de l’émergence de l’économie numérique des pays africains ;
  • Proposer des projets en phase avec les problématiques réelles des acteurs ;